jeudi 5 novembre 2009

Chapitre 2, versets 21 à 24


Présentation de Jésus au temple



Selon la coutume, les parents de Jésus firent pour lui ce que la loi prescrivait pour tout enfant mâle. Au bout de huit jours, ils le circoncirent et se mirent en route pour Jérusalem afin d’offrir à L’Eternel en signe de purification pour Marie qui venait d’accoucher : Lévitique 12, le sacrifice exigé par la loi pour les pauvres de la nation : une paire de tourterelles ou deux colombes à la place de brebis ou de chèvre.

Les premiers pas de Jésus dans la nation juive ne diffèrent pas de ceux d’un autre enfant. Bien que Fils de Dieu, Jésus, par le sang, est juif, fils d’Abraham. Jamais, tout au long de son parcours, on ne trouvera en lui une attitude ou des paroles par lesquels Il renierait cette identité. Au contraire, d’une certaine manière, Jésus voudra être pour les juifs l’exemple de ce que doit être un vrai juif selon le cœur de Dieu : un juif qui ne se contente pas de garder la forme extérieure de la loi, mais qui en adopte l’esprit : Matthieu 23,16 à 24. Entré dans la nation en tant que juif, c’est en juif aussi qu’il en sortira, condamné sous le titre même de Roi des juifs, ce qu’Il était en vérité dans tous les sens du terme : Luc 23,38. C’est aussi comme tel que, selon les prophètes, Il doit être reçu par Sa nation dans la fin des temps : Zacharie 12,10. Ce n’est que lorsque cette reconnaissance aura lieu qu’Israël pourra être dans le monde ce que Dieu voulait qu’il soit et que la paix, enfin, régnera parmi les nations : Esaïe 2,1 à 5.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire